20/04/2007

Coule rivière

Eh bien voilà, je me jette à l'eau pour vous parler d'eau.
Comme chacun le sait, au printemps c'est l'éveil de la nature. Les végétaux se parent de neuf. Les oiseaux de chant charment nos oreilles. Plus discrets, les mammifères s'activent autour de leurs petits. Passant inaperçus au point d'être ignorés, les salmonidés voient leur progéniture prendre possession de leur avenir.
En me promenant le long de la Versoix, je peux observer, ça et là, des alevins de truites à l'affût entre les pierres le long des berges, dans quelques centimètres d'eau. Sur des fonds plus riches en limons, ce sont des alevins d'ombres qui chassent entre deux eaux, eux aussi tout au bord dans quelques centimètres d'eau.
Une variation un peut trop rapide du niveau d'eau, provoquée par un lâcher ou pour recharger la retenue afin de produire de l'énergie que l'on prétend propre et voilà ces vies anéanties et, à coup sûr, elles ne sont pas les seules à souffrir de notre avidité d'énergie, énergie que l'on s'empresse de gaspiller sans remords.
Assis sur la berge, je ne peux m'empêcher de penser à ces nuages d'éphémères, trichoptères et plécoptères qui peuplaient le ciel de mon enfance. Vont-ils se manifester à nouveau? Demain peut-être...

Alevin de truite

21:34 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

la fuite en avant est comme l'eau , à quand le déluge de nos édiles
super sujet , souvenirs souvenirs ......
félicitations
à plus GB

Écrit par : gérald | 24/05/2007

Les commentaires sont fermés.