12/06/2007

Liberté volée

J'ai envie de mettre en parallèle les images des crues de l'Oberland Bernois avec ces rivières qui, incarcérées depuis des lustres, tentent de reprendre cette liberté volée et le rejet, par conseil le fédéral, de l'initiative "Eaux vivantes". Je m'interroge quant à la qualité humaine de nos décideurs qui privilégient les gains économiques d'une minorité de nantis cupides face à la vie à laquelle nous appartenons.
Faut-il d'autres catastrophes que l'on insiste à mesurer en coûts financiers (solution de facilité), avant de reconnaître que notre existence est intimement dépendante du respect de la condition de vie des autres habitants de cette terre.
Les erreurs sont étroitemement liées à l'évolution. Refuser de le reconnaître et persister peut s'avérer criminel.
Depuis de nombreuses générations, on a canalisé, "corrigé" et pour mieux faire passer la pilule on a "assaini". Que nos ancêtres n'aient pas mesuré l'impact de ces modifications est admissible. Il a fallu du temps pour que les effets dévastateurs se fassent sentir. Mais depuis quelques décennies des personnes attirent l'attention de nos décideurs sur les conséquences engendrées par cette ingérence dans la nature. Sont-ils sourds ou guidés par des intérêts moins avouables?

Esclavage

19:54 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.