15/07/2007

De Steckborn à Güttingen

Ce matin, j'ai quelques craintes: la rosée est abondante, indicatrice d'une journée ensoleillée. Le départ n'est pas aussi matinal que souhaité. C'est dimanche et le village dort. Je le parcours en tous sens. Il me faut mon petit déjeuner! Le temps passe et mon voeux finit par être exaucé.

Les conseil d'un autochtone orientent ma marche sur un sentier ombragé et dominant le Bodan.

Plus tard, je rejoins les abords immédiats du lac par des chemins faciles offrant une alternance d'ombre, toujours bienvenue, avec les ardents rayons de soleil, trop vigoureux à mon goût.

En ce dimanche, le lac de Constance, plein de bonté et en toute modestie offre détente aux plagistes et aux navigateurs.

Je m'interroge alors sur les raisons profondes des différences entre ces bateaux, petits ou gros à moteurs puissants .

Oui pourquoi, l'animal que nous sommes, a-t-il tant besoin d'afficher des différences. Car, à ce que je sache, nous appartenons au règne animal et si je ne m'abuse, nous n'avons que peu de différence génétique avec une certaine mouche.

Une chose est sûre: nous nous sommes définis nous-mêmes comme étant Supérieurs. Là, quelque chose me gène. C'est le modèle qui établit le canon. Nous sommes donc juge et partie.

Oui, mais la science.....

Eh bien oui, ne lui fait-on pas dire un peu ce que l'on veut?

Petit retour en arrière. Il fut un temps où l'être supérieur, "le blanc", pouvait abattre impunément un animal comme lui-même, mais de couleur différente!

A une époque plus proche, un petit homme portant une petite moustache, s'appuyant sur des évidences médico-scientifiques, décrétait que la race supérieure était blonde aux yeux bleus...

Mais les bateaux dans tout cela?

Je vous en parlerai après une bonne nuit. Il me faut être en forme pour ma prochaine étape.


22:53 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour,
Je suis un de vos anciens élèves (Technicien-Microtechnique, première volée mi-temps, 2002-2005). Votre fils Boris, un très bon collègue de travail, m'a vanté vos mérites de grand marcheur! Je suis tout simplement époustouflé de vivre votre périple le long du Rhin au fil des lignes! Bonne route, et peut-être à bientôt au bord de la Versoix! Luca.

Écrit par : Saccomanno Luca | 16/07/2007

Les commentaires sont fermés.