09/09/2007

Hydromorphologie


Ce n'est pas d'aujourd'hui que l'on porte des modifications à nos cours d'eau. Ils ont subi des corrections du tracé, restrictions du lit, déviations, aménagements de plans d'eau et captages. Les Romains ont effectué des ouvrages importants en construisant des canaux et autres aqueducs, conduisant tout ou partie d'un cours d'eau en d'autres lieux. Une partie de l'eau de la Versoix était utilisée pour alimenter Nyon. Les usagers profitaient ainsi d'une eau claire et fraîche.
La force de l'eau était utilisée pour moudre le grain, battre le fer. La fabrication du papier et des indiennes fait un large usage de l'eau. On en retrouve de nombreux vestiges le long des ruisseaux, rivières et fleuves.
La mécanisation nous permet de sculpter à notre guise l'espace et le tracé d'écoulement, avec plus d'aisance et plus rapidement. Nous sommes persuadés de notre suprématie. La nature se doit d'être à notre botte.
Mais il ne faut pas oublier qu'à chaque action correspond une réaction qui peut mettre du temps avant de se manifester. La nature vit à son rythme, bien plus lent que le nôtre. Mais tôt ou tard dame nature fera tout pour retrouver son équilibre.
L'occupation des sols au détriment des cours d'eau n'est pas sans conséquences. Les rivières perdent leur pouvoir d'hébergement de la faune aquatique. Le manque d'espace ne permet plus d'absorber les crues. La vitesse prise par l'eau sur les tronçons rectilignes donne à l'eau une énergie cinétique dévastatrice. Drainage et imperméabilisation ne permettent plus au sol de jouer son rôle d'éponge et de filtre. Lors de précipitations l'eau est rapidement conduite vers les cours d'eau, emportant par la même occasion nombre de produits qui ne leur sont pas destinés. Quelques jours de sécheresse et voilà qu'il faut prélever dans les rivières pour satisfaire l'arrosage.
Les barrages construits sans autres considérations que le profit ont anéanti un nombre important de cours d'eau. Les marnages issus des retenus et lâchers d'eau en fonction des besoins des producteurs d'hydroélectricité détruisent la vie aquatique. Cette énergie n'est pas écologique. Elle est encore renouvelable. Jusqu'à quand?
Il est heureux de voir quelques belles réussites de renaturation. Ces travaux sont encore trop rares, mais il est permis de rêver.
Peut-être verra-t-on un jour des entrepreneurs prendre en compte tous les effets collatéraux à leurs projets.

21:29 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.