21/10/2007

Remonte

À chaque promenade le long de la Versoix je scrute le lit de la rivière en espérant voir une de ces grosses truites lacustres. Pourtant, je le sais bien, les conditions ne sont pas requises, le niveau d'eau étant au plus bas.
Mon imagination me dépeint toutes ces truites prêtes à affronter le courant. Elles sont là. Elles attendent le signal, celui que la rivière leur donnera.
Pour que la rivière puisse annoncer le moment de la migration, il faut que l'esprit de la pluie daigne se réveiller et déverser le précieux liquide en abondance. Les rivières peuvent grossir, entraînant dans leur descente une multitude de particules et d'organismes troublant l'eau et c'est à l'abri des regards humains que le signal du départ est annoncé.
Les lacustres vont se battre contre le courant, vaincre les obstacles. Dans cette lutte pour transmettre la vie, elles seront accompagnées par quelques fario.
Longtemps paralysées dans leur migration par de nombreux barrage que l'homme a édifié pour son usage, sans égards pour les occupants de ces lieux. Les entraves érigées sur le parcours Suisse de la Versoix ont été contournées par la construction de passes à poissons. D'importants travaux sont encore à venir pour permettre aux ombres de monter et se reproduire dans cette eau.
Pour l'instant, je me contente de sonder la rivière et ses canaux dans l'espoir de voir quelques truites ou ombres. La bise joue avec la pellicule de surface qu'elle frise, par vagues successives en me renvoyant des éclats de lumière. Ces conditions ne facilitent pas mon observation.
Canards, harles bièvre, cincles plongeurs, bergeronnettes et un martin-pêcheur qui, par son cri, m'a annoncé sa visite. Ces volatiles m'ont démontré une fois de plus qu'il est plus aisé d'observer des oiseaux que des poissons.
Avant de terminer ma promenade j'ai la chance de contempler une truite chassant dans le canal des Usiniers.

 

15:51 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour Jean Pierre,

c'est toujours régénérant de venir vous lire, vous partagez avec tellement de simplicité des moments de calme qui nous rapprochent de cette nature qui nous entoure et que nombre d'entre nous ne prennent pas le temps de découvrir ou redécouvrir.

Les rives de la Versoix, ses truites, que de souvenirs assis sur ces dernières à attendre que morde la première... Merci pour ces moments que vous volez au temps avec tellement de brio.

Personnellement, j'adore venir ici vous lire.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 28/10/2007

Les commentaires sont fermés.