18/05/2008

Coupe en rive gauche

Le nombre d'arbres à terre est considérable. En tournant le dos au chantier, je ressens comme un vide.
La symphonie du lieu a changé. Les oiseaux s'accommodent de ce bouleversement et chantent ; le vent et les jeunes feuilles  des arbres restés sur pied bruissent avec tendresse, alors que le refrain de l'eau qui s'écoule se fait entendre plus distinctement.
2112539658.gifDes Ecdyonurus effectuent leur danse nuptiale. De trop rares mouches de mai participent à ce ballet. Parade d'une vie aérienne éphémère.

Dans l'eau, quelques alevins, encore visibles, avoisinent les gammares. Sur le fond de limons, des trichoptères 179521228.giftracent des sillons temporaires.

La nudité de la rive gauche laisse paraître de vieux murs fatigués, signes d'une époque où l'on croyait dompter les cours d'eau. Mais, on les a déstabilisés en un ensemble fragile et anéanti la biodiversité. J'ose espérer que ces travaux restitueront à La Versoix un peu de sa liberté spoliée.

 PS. sur WWW.vulgata.ch, il y de nombreuses photos du lieu

 

 

 

19:53 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Tes textes m'émeuvent toujours autant.
Merci de partager avec nous ta vision et de mener ce reportage dans le vif du sujet.

J'attends impatiemment les prochains articles.

Istvan

Écrit par : Drakho | 18/05/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Jean-Pierre,

vos billets se font trop rares...

Dites ? seriez vous d'accord que nous allions nous promener dans les bois d'Onex, il semblerait que les coupes ont été faites de manière désastreuses pour les rives...?

Seriez vous partant ?

J'aimerai beaucoup que vous m'accompagniez ?

Je vous écrit cette semaine ?

Bien à vous Jean-Pierre,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 18/05/2008

Fribourg, 19 mai 2008

La Cigogne blanche Max n'a pas trois, mais quatre jeunes! Maintenant que les cigogneaux sont un peu plus grands, on arrive plus facilement à les voir. Ils grandissent vite et de temps à autre, on peut voir les petites têtes dépasser le bord du nid. Ils ont bien survécu les journées de pluie et quand il y a du soleil, ils sont contents de pouvoir se mettre à l'ombre sous un parent. Il arrive déjà que les parents les laissent seuls pour des petits moments. Le premier jeune quittera le nid au plus tard vers la mi-juin. Si d'ici là quelque chose d'extraordinaire devait se passer, nous vous en informerons.

Écrit par : cheval | 19/05/2008

http://stream.turmfalke.ch/turmfalke

Le faucon qui couve !

Écrit par : cheval | 31/05/2008

Hack again?!

Écrit par : Moneymor | 31/07/2011

Les commentaires sont fermés.