22/06/2008

Chaleur

La chaleur est arrivée. Elle m'écrase littéralement. Par moments, je descends au bord de la rivière. Là, il fait plus frais, excepté la zone en chantier. En la longeant, j'ai l'impression de me trouver dans un atelier de laminage, avec les barres d'acier rouge cerise qui s'allongent au passage entre les énormes cylindres. Imaginant ces hommes les saisissant au vol à l'aide de longues pinces pour les replacer dans le four avant un nouveau passage. Vous le comprendrez probablement, ce printemps, plutôt frais, n'était pas pour me déplaire. Mais c'est l'été et, modification climatique avérée, les périodes exceptionnellement chaudes du siècle passé sont devenus la norme. Alors, il faut s'y faire. Cela dit, je privilégie les lieux ombragés, balayés par un petit courant d'air. Je suis conscient de ma chance en voyant devant moi quelques magnifiques sapins. Eux n'ont pas la liberté de se mettre à l'ombre et ils sont dans l'impossibilité de déposer leur lourd et épais manteau d'aiguilles. Les frênes, eux, ont recroquevillés leurs feuilles, tentant de minimiser la surface harcelée par les dards d'Hélios.
Une légère brise balance les branches et les feuilles, faisant ainsi varier les nuances de vert, mimant la surface de l'eau, sautant d'un point à un autre, s'étirant ou frémissant sur le radier. Si les arbres se jouent des teintes verdoyantes, la rivière transporte une eau d'une limpidité que je n'avais plus revue depuis longtemps et met en valeur les tons dorés, striés de safran. Il m'est possible de suivre quelques jeunes truites à l'affût de toutes proies potentielles; il faut grandir rapidement pour assurer sa survie.
Une encablure plus haut, un profond sillon attend l'arrivée de l'eau, le noble liquide va devoir changer de cours pendant quelques mois. Spectacle pénible, mais si la rivière par la suite, peut y trouver son compte…

 DSC_1779.jpg

DSC_1780.jpg

                               

DSC_1782.jpg

 

19:11 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.