07/12/2008

Le Héron

Comme les années précédentes, avec un petit groupe de pêcheurs, nous consacrons une journée à la préparation des espaces de reproduction. Il nous faut les rendre aussi accueillants que possible. Les refuges libérés de tout obstacle permettent aux truites de se sentir à l'abri.
Depuis, mes temps libres sont absorbés par l'observation et le suivi des frayères, quelles aient été préparées ou non. Chaque observation de surface travaillée par salmo trutta est située, mesurées. Et quel bonheur de pouvoir observer une truite ou un couple en pleine activité. Ces nids de gravier semblent nombreux, l'année s'annonce prometteuse.
À chaque visite des canaux que nous avons préparés, soit tous les quatre à cinq jours, je profite pour surveiller l'apparition de ces maternités. En dégageant les grilles des branches et feuilles mortes qui s'y amoncellent, je contemple un héron perché sur l'une des frayères. Ses pattes prennent appui sur une surface confortable qui lui offre une vision parfaite du secteur. Si, en marchant d'un pas sûr, je feins de ne pas le voir, je peux passer très près de cette statue vivante. Mais s’il m'arrive, même à bonne distance, de le fixer, je vois des petits mouvements lents s'opérer. Le volatile gris se positionne avant de déployer ses ailes et de s'élever en repliant son long cou tout en pointant son bec comme une lance  dans la direction choisie.
Bien que je ne voie plus de truite et qu'aucune surface de gravier n'aie reçu de visite de Téléostéens, je reste confiant car une personne ornithologue de son état, m'avait expliqué qu'il faut laisser faire la nature qui assure un équilibre. À ma question "qu'en est-il des milieux perturbés" il m'apaise avec la même assurance. Après chaque ronde,  je rentre donc confiant et m'attends à ce qu'à la prochaine tournée, j'aurais enfin la satisfaction de voir du gravier fraîchement retourné.
Depuis quelque temps, je ne vois plus le héron, la truite non plus. Les petits cailloux restent d'un brun rouille sombre uniforme. À mon grand désespoir, je comprends le sens de cet équilibre, il est parfait ! Héron et salmo trutta ne sont plus.

Commentaires

Très belle chronique. Merci.

Écrit par : Mère | 08/12/2008

Les commentaires sont fermés.