05/08/2010

Remontée de l'Inn à pieds, St. Florian à Kirchdorf am Inn bei Obersdorf

4 Août 2010 St. Florian - Kirchdorf am Inn bei Obersdorf am Inn

 


St. Florian à Kirchdorf am Inn bei Obersdorf

En empruntant le chemin qui me conduit au bord de l'Inn, je découvre un ciel bas et, tel un couvercle, la brume s'élève à l'image d'une matinée d'automne. L'air est humide, ralentissant notablement l'évacuation de la transpiration. Heureusement, les brumes se dissipent, la température du point de rosée prend de la hauteur et la marche devient plus agréable.

 

2.jpg

Cette année, je m'étais décidé à marcher d'un pas plus plus sage.  Alors que les muscles de mes jambes me rappellent l'exercice d'hier. Après quelques minutes de marche, les tissus que nous affectionnons tant dans notre assiette lorsqu'ils appartiennent à d'autres espèces animales, se sont réchauffés et se font oublier. Rapidement, le pas s'allonge, le rythme s'accélère et consultant mon GPS, je dois constater que ma sauvagerie sera certainement sanctionnée. Mais, chassons le naturel, il revient au galop.

Tout au long du tracé, je n'ai de cesse d'admirer ce cours d'eau à la fois paisible et grandiose. Des ornithologues, l'œil vissé à l'oculaire de leur longue vue, observent les nombreux oiseaux. Seul mon handicap, lié à ma méconnaissance de la langue de Goethe, me prive du plaisir de demander: vous regardez les poissons? Bien conscient que, vu la turbidité du liquide, même les meilleurs moyens optiques resteraient totalement impuissants et même avec de l'eau claire, ces merveilleux objets s'avèrent limités.

4.jpg

Les cyclistes sont nombreux sur ces sentiers qui leurs sont avant tout dédiés. Au loin, un marcheur et me voila accélérant mon pas. Comme dans ma jeunesse, pédalent pour aller à la pêche, il me fallait absolument rattraper le cycliste ou le solex qui se trouvait dans mon champ de vision.

Impressionné par la dimension de l'ensemble bâti qui se présente devant moi et je me sens attiré, tel une mouche vers la lumière d'une bougie, par le panneau annonçant la présence d'un café. Il faut dire que ce matin je suis parti avec une gourde remplie d'eau fraîche. Ce récipient dans le quel, il y a plus de dix ans, j'ai eu la mauvaise idée de mettre du pétrole. Et bien qu'il a été lavé, rincé, relavé avec tous les produits miracles ou mirage devrai-je dire, mais rien n'y a fait. Ce matin, voulant me désaltérer, c’est le goût du liquide qui assurait la lumière dans les chaumières qui a envahi ma bouche! Vous comprendrez le magnétisme exercé par ce panneau à l'idée de pouvoir étancher ma soif. A l'approche, plus de doute: c'est un cloître qui, visiblement, garde encore sa fonction. À la sorti de l'église, partie prenante de cet ensemble, il y a une dizaine d'hommes portant soutane noire avec un liséré vertical blanc soulignant la jonction de la robe.

8.jpg

Assouvi, je me remets en mouvement. L'avance est hésitante et douloureuse. Ils, les muscles, se sont refroidis et leur protestation est plus virulente que ce matin. J'ai toujours pas compris la leçon.

En arrivant à Kirchdorf am Inn, nouvelle halte place de l'église. Je lance un appel à Leni pour qu'elle m'oriente sur la position de ce nouveau point de chute. Je ne tarde pas à être furieux avec moi-même. Le lieu que j' ai réservé est à plus de trois kilomètres et hors de mon chemin. En prenant possession de la chambre et soucieux du repas, j'interroge l'hôte de ce lieu qui m'apprend qu'il me faut redescendre à Kirchdorf. Non! je n'ai vraiment pas faim ce soir! De l'eau me suffira. Ma musculature n'est pas contente et le fait savoir. Elle est douloureuse et tout mon corps passe du chaud au froid.

14.jpg

Une bonne nuit et prêt pour la prochaine étape.

Commentaires

Bonne marche. On aimerait voir le plan de votre périple et partager vos coups de coeur en images. Au cas où vous trouverez la marche à suivre pour insérer des images ici: http://webzine.blog.tdg.ch/archive/2008/07/09/quelques-nouveautes.html

Écrit par : JF Mabut | 05/08/2010

Bonjour et merci pour votre commentaire.
Mon périple, consiste en la remontée du cours de l'Inn, de son embouchure (Passau) jusqu'à sa source dans un petit lac au dessus de Maloja.
Les photos de mes coups de cœur, se trouvent sur mon appareil et sans le moyen de les transférer. Reste une possibilité doubler quelques photo avec mon natel. Au vu du nombre infime d'applels téléphonique, j'utilise une carte à prépaiement et de l'étranger elle fond à La vitesse grand V.
Mais je vais tenir compte de vous remarques.
Bien à vous.

Écrit par : Moll | 08/08/2010

Les commentaires sont fermés.