08/08/2010

Remontée de l'Inn à pieds, Altötting à Waldkrainburg

06.08.2010 Altötting à Waldkrainburg


Altötting à Waldkrainburg

Altötting est un lieu de rencontres, de pèlerinages avec, comme il se doit, tout le commerce qui y est attaché. Le plus célèbre et le plus ancien des sanctuaires mariaux de toute l'Allemagne du Sud est  Notre Dame d'Altötting en Bavière. Il date de la fin de l'ère carolingienne (Xe siècle). (vive internet).

Il est huit heures un quart et je quitte l'hôtel sous une pluie fine et un vent d'ouest très frais.Mon premier objectif est de trouver un magasin pour acheter un parapluie, le précédent ayant rendu l'âme en ce lieu éminemment pieux et son sépulcre sera la première corbeille venue. Pour entrer en possession de l'objet, il faut attendre l'ouverture des commerces. Alors je décide de descendre sur Neuötting, mais il faut dire que sous la pluie, il n'est pas agréable ni indiqué de consulter la carte, d'autant moins que, avant de quitter Versoix et expérience faite, j'avais considéré que la petite housse imperméable n'était pas indispensable. Comme quoi une expérience ne peut-être irrévocable. A l'aube de cette deuxième journée qui se présente généreuse en précipitations, je révoque l'acquis.

Attendre étant à mes yeux du temps perdu et, durant ma jeunesse, on m'a fait comprendre que lorsqu'il est perdu, il ne se rattrape plus. C'est comme l'eau que l'on prend entre ses deux mains, celle qui a passé au travers des doigts, on ne la boira pas. Mais à nouveau il faut nuancer, pas tout prendre à la lettre car en ces circonstances, il aurait été plus judicieux de perdre quelques dizaines de minutes, que de gaspiller de l'énergie à me perdre en tournant en rond et me retrouver, après une heure de marche, devant le commerce à Altötting, ouvert cette fois-ci. À l'abri, je fais le point de manière à me situer et partir dans la bonne direction, c’est préférable.

Parapluie en main je change de rive et entame la remontée. Il me faut, à plusieurs reprises, modifier mon itinéraire. l'Inn est en crue, des branches descendent accompagnées d'objets divers, expression de notre société. Les chaussures qui n'ont pas vraiment eu le temps de sécher continuent à se gorger d'eau. J'évite, à tort, de sortir régulièrement mon guide topographique ce m'occasionne quelques retours sur mes pas.

La vue de lièvres, biches, lapins de garenne, me réjouit à chaque rencontre. Marchant entre un champ de maïs et une petite forêt, je suis surpris par les cris d'effroi d'un gallinacé. Le pauvre a dû croire que nous étions jour d'ouverture de la chasse.

Au dessus du cours d'eau, les hirondelles cherchent sans relâche leur pitance. À Töging, rencontre avec un de ces palais de l'énergie datant de 1924. Une partie de l'eau de l'Inn est détournée au profit de la fée électricité, héritière de la fée Carabosse.

Vers les quatorze heures la pluie cesse. Une petite pause et encore trois heures avant d'arriver.1.jpg

Sans difficulté je prends possession de ma chambre. Pour manger, il va falloir sortir et chercher un restaurant.

Le rituel est quelque peu modifié. Un pied me fait mal depuis hier. Aujourd'hui, il est bien enflé. Alors, je débute avec un bain de pieds froid suivi d’un massage avec la douche, puis je reprends le protocole. Lorsque je veux remettre la chaussure pour aller manger, je comprends que ce soir, ce sera très frugal.

Aujourd'hui, il n'est pas sage de poursuivre le périple et je remplace la marche par des glaçons sur les pieds et j'écris.

Au dehors, quelques gouttes de pluie tombent par moments. Cet arrêt forcé mets mon moral à rude épreuve. Toujours ce foutu sentiment: je perds mon temps.

Pour demain le pied me dira si c'est le pied.

Les commentaires sont fermés.