01/09/2010

Remontée de l'Inn à pieds de La Punt-Chamues-ch à Maloja

La Punt-Chamues-ch à Maloja

Petit déjeuner et conversation avec la maitresse de maison concernant les différences d'accueil entre les pays traversés, échange d'expériences sur les randonnées à vélo ou à pieds. Sur ce, la discussion se poursuit avec des allemands venant de Munich à vélo et leurs prévisions pour les six prochains jours. La tenancière me conseille quant au choix du chemin et ainsi éviter les détours inutiles.
Je traverse une zone humide remise en valeur.

3.jpg

Apparemment, un ruisseau a dû être mis au cordeau il y a plusieurs années de cela. Aujourd'hui, bien qu'il garde sa rectitude, ses berges ont été abaissées et il forme des petits plans d'eau riches en macrophytes. J'observe des truites et des ombres de taille modeste, l'eau qui s'y écoule est claire et le fond n'accueille pas d'algues, ce petit ru est parallèle à l'Inn.
Plus en amont cette rivière dont l’eau rejoindra la Mer noire, a été re-naturée suite à des inondations. 9.jpgDe nombreuses dérivations ont vues le jour sur sa rive gauche. 4.jpgLes murs fonts place à des talus en pente douce permettant au cours d'eau de s'étendre lors de crues sans accélération brutale de son écoulement.Des grèves de galets forment des îles, la diversification d'écoulement offre de nombreux habitats et je m'arrête avec plaisir pour regarder des truites et des ombres en pleine activité, gober émergeantes et mouches.

De tels aménagements ne coulent apparemment pas de source. Deux propriétaires de terrain, sur une des dérivations ont, de toute évidence, voulu leur mur! Il est fait de gros blocs bétonnés. Chaque centimètre acheté, volé devrais-je dire, à un moment donné a été pris à la nature. En somme, comment nomme-t-on une personne qui détient un tel objet ?Alors, ne sommes tous pas des receleurs face à notre mère terre?

 

15.jpg

Je marche sans relâche. En contournant le lac à hauteur de  St.Moritz, je me sens bien, avec la certitude que je terminerai, je longe les rives droites des lacs de Sils et de Silvaplana, un vent soutenu me vient de face et offre du plaisir à de nombreux amateurs de jeu d'eau et d'éole. La berge est plaisante et m'invite à faire une petite pause pour le plus grand bonheur de ceux qui se trouvent enfermés depuis de nombreuses heures dans leur chaussure.14.jpg
Arrivé à Maloja, il ne m'est pas nécessaire ne me mettre en quête d'un lit, Leni m'a réservé une chambre. Elle est simple et j'y trouve ce que j'attends: une bonne douche, m'allonger un moment et laisser défiler la journée dans ma tête avant de descendre au restaurant et manger en prenant tout mon temps. Puis je remonte les marches d'escalier que chacun de mes pas fait geindre. J'écris le billet, éteins la lumière et laisse les paupières tomber devant les yeux.

 


Commentaires

Cher Jean-Pierre Moll dont je suis la pérégrination régulière. N'oubliez pas de cocher l'option agrandir dans une nouvelle fenêtre lorsque vous insérez une image dans votre note. Ainsi les internautes pourront-ils profiter en plein de vos belles images. Et comme l'appétit vient en mangeant, une carte du parcours serait bienvenue. Au plaisir de vous lire. Bonne trotte!

Écrit par : JF Mabut | 01/09/2010

Merci pour le conseil et la demande du tracé, je vais effectuer les adaptations.

Écrit par : Jean-Pierre Moll | 01/09/2010

Merci de nous faire partager votre récit de voyage que je lis depuis votre arrivée à Martina, autant dire toute l'Engadine ...

A vous lire, vous vous inspirez un peu de R-L Stevenson et de son voyage à travers les Cévennes ...

Et après Maloja ? Le Val Bregaglia ?

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 01/09/2010

Les commentaires sont fermés.