10/04/2012

Les noces de l'Ombre

Il n'y a pas que les truites! Voici plusieurs années que les ombres sont fortement protégés par secteurs dans l'Allondon et la Versoix. Sa capture y est interdite et depuis cette année, cette interdiction s'est étendue à l'ensemble de l'Allondon.
Depuis deux-mille-dix le nombre de thymalidés est en croissance et je peux observer toujours plus d'emplacements avec des juvéniles ce qui est réjouissant.
Cette année, me voilà bien décidé à apprendre à voir les frayères d'ombres. Je remonte lentement la rivière en portant mon attention dans la zone proche de ma rive, ce qui m'offre la meilleure vision. Souvent, il m'arrive d'attendre que la surface liquide m'ouvre une fenêtre sur le fond. Oui, des espaces plus clairs m'apparaissent, mais sont-ce des emplacements de reproduction ?
J'ai la chance de voir un ombre. C'est un mâle bien reconnaissable à sa grande nageoire dorsale colorée. Il est sur une surface de gravier fraîchement retourné. La fosse est peu profonde, le dôme se devine à peine.

Ma montée se poursuit, je suis plus attentif aux petites taches qui se laissent voir et je situe ces frayères spatialement. En remontant le cours d’eau, je ne revois plus d'îlots au gravier nettoyé. Cette partie de rivière ne regroupe pas les conditions indispensables à la reproduction: la vitesse de l'eau est trop rapide, le substrat ne convient pas ou la profondeur d’eau est trop importante. Après quelques hectomètres je revois ces petits espaces caractéristiques de pierres débarrassées de leur coloration brune. Je ne tarde pas à voir les porteurs de drapeau, sobriquet attribué à ce membre de la famille des salmonidés dont le mâle en particulier a une grande nageoire dorsale. Tous les quinze à vingt pas la chance me sourit. C'est un vrai bonheur de voir Thymalus tymalus, nom latin tiré de l’herbe aromatique dont l’odeur se dégage de ce poisson, occuper les zones propices à sa reproduction. À la sortie d'une courbe un arbre est couché parallèlement dans le prolongement du courant. L'élément liquide ondoie en réfléchissant les rayons lumineux. Au rythme des vagues changeantes et au hasard d'une lucarne intermittente, je vois une masse fusiforme qui se déplacer.
J'interromps ma progression et cherche au travers de chaque ouverture qui se présente à revoir la forme brune. Quelle n'est pas ma surprise en voyant trois ombres communs: un mâle d'environ trente-huit centimètres, une femelle à peine plus petite et un petit ombre en retrait.
Pour observer cette chorégraphie, je me positionne avec délicatesse afin de voir sans être vu des danseurs. La femelle prend place sur le flanc gauche du mâle. Le témoin de cette union est à une longueur et demi derrière le couple en noce. Les amoureux, comme un seul poisson, font une vive accélération en direction du large puis, bercé par le courant, regagnent le point de départ. Soudain, madame se présente sur le flanc gauche de monsieur. Cela s'est passé en un éclair. Encore aujourd'hui, je ne peux dire si la femelle est passé au-dessus, au-dessous, par derrière ou par devant le mâle peut être, mais pour sûr, cela s'est passé très vite.
Vais-je assister au frai de ce membre de la famille des Thymallinae ? La gravure que j'avais vue se transposera-t-elle dans le réel ? Les ondes dansantes de l'eau, son effet miroir et la faible luminosité excluent toute prise de vue photographique. Reste cet organe magique que dame nature nous a gratifiés, l'œil. Je concentre mon observation sur le secteur précis de cet mariage et profite de chaque ouverture de lucarne.
L'épisode tant espéré émerge, le mâle déploie sa nageoire dorsale et vient recouvrir le dos de son élue. Ils ne font qu'un. Restant en position de nage, Monsieur, se met à vibrer comme s’il entrait en extase. Le limon se soulève et se fait emporter par le courant, les œufs et le sperme se mêlent en gagnant le fond. Maintenant, le mâle relâche son étreinte, la femelle s'écarte un tout petit peu et tous deux repartent dans une danse effrénée.
Je me retire avec la même attention que celle de mon approche, heureux d'avoir assisté à ce spectacle.